Adresse URL de cette description d'inventaire :
Les archives du Groupe Coppée

Conservées aux A.G.R. depuis 1983.
Traitement : les A.G.R. puis par l’AVAE à partir de 1985.
Masse : 332 mètres linéaires.
Inventaire : publié (Y. Dockx, R. Brion, M. Hoebanx, D. Mertens et J. Van der Statppen, [Inventaire des archives du groupe] Coppée, Archives générales du Royaume, inventaire n° 245, 2 tomes, Bruxelles, 1992).
Dates : Les documents sont pour l’essentiel postérieurs à la Seconde Guerre mondiale. Rares sont les pièces antérieures aux années 1930, plus rares encore celles remontant au XIXe siècle.
Intérêt : les archives concernent de nombreuses industries (charbonnages, sidérurgie, chimie, électricité, énergie nucléaire, pétrole, immobilier, assurance, etc). Elles éclaireront également le chercheur sur le fonctionnement des organisations professionnelles en Belgique, la cartellisation des marchés, l’innovation technologique et les efforts de reconversion économique après la guerre, les joint-ventures avec des groupes américains ou japonais, les progrès du « management » et des outils de gestion de l’entreprise (notamment la « Direction Participative par les Objectifs »), la concentration dans l’industrie lourde, etc.

Historique :

L’origine du groupe familial Coppée remonte à 1853, date du dépôt par Évence Coppée I d’un brevet de four à coke. La mise au point d’autres procédés, notamment pour le lavage des charbons, aboutit progressivement à la création d’une série de firmes intégrées verticalement et s’occupant d’extraction charbonnière, du lavage de la houille, de sa cokéfaction ou de la récupération de sous-produits. Pour assurer la gestion de cet ensemble, un véritable holding fut créé en mars 1914 sous la forme de société en commandite simple et sous la dénomination Évence Coppée et Cie. Dissous en 1972, ce holding donna alors naissance à plusieurs sociétés à portefeuille. En 1980, celles-ci apportèrent l’essentiel de leurs actifs au groupe cimentier français Lafarge, qui cherchait à se diversifier dans l’ingénierie et la bio-industrie. Cette cession scella la fin d’un grand groupe industriel familial belge.

L’histoire du groupe Coppée est indissociable de celle de plusieurs secteurs d’activité de l’industrie lourde qui ont marqué l’évolution économique belge : exploitation charbonnière, sidérurgie, chimie (azote et ammoniaque). L’ingénierie resta par ailleurs un des fondements de base de l’évolution du groupe. En France, celui-ci s’intéressa également aux secteurs du papier et de l’agriculture (exploitation agricoles, engrais et raffinage du sucre). Au départ de ces activités dans l’agro-alimentaire, le groupe effectua dans les années 1960 une percée remarquable dans la biochimie (acide glutamique, glutamate monosodique et acide lysine). Ce secteur fut exploité par une société filiale, la société Produits Organiques du Santerre (Orsan).

Bibliographie : Léon Dubois, Lafarge-Coppée, 150 ans d’industrie, Ed. P. Belfond, Paris, 1988. 321 p.
Voir aussi le site Internet du groupe Lafarge.



Retour à la
liste des inventaires